Rechercher

 

De la marée populaire à l’unité populaire
 
 

marre populaire 

L’évènement du 26 mai, « la marée populaire », déclenchera une onde de choc. Son existence même est un défi contre l’autosatisfaction des macronistes. Eux ont besoin d’un paysage banalisé et morose pour parvenir à isoler et brutaliser le mouvement des cheminots. Car les gouvernants s’inquiètent et manœuvrent. Ils reculent. Font-ils semblant de le faire pour mieux duper ensuite tout le monde ? Ne l’ont-ils pas déjà fait avec les routiers qui attendent toujours les décrets qui confirmeraient l’accord signé avec le pouvoir dans le fil de la lutte contre les ordonnances sur le code du travail ?

 

Toujours est-il, par exemple, qu’en annonçant l’abandon de la privatisation d’Aéroport de Paris et de la Française des Jeux, ou en claironnant qu’elle ne toucherait pas au statut des fonctionnaires, la Macronie montre qu’elle a entendu le message du vote au référendum d’Air France. 

Lire la suite sur ce blog